Ne rien dire : la Prière et le Cœur Spirituel

Blog Post

Share this

Share on pinterest
Share on twitter
Share on facebook
Share on whatsapp

Par Tasha Friedman

 

« Je ne Lui dis rien, je L’aime ».
– Sainte Thérèse de Lisieux

La prière est le Cœur qui se parle à lui-même. C’est ce que le cœur humain fait naturellement lorsqu’il est ouvert. Comme la musique est toujours présente dans les cordes d’un violon, qu’on les fasse sonner ou non, la prière est toujours présente dans votre cœur. Comme la musique, la prière est déjà présente dans le vol d’un oiseau, les feuilles d’un arbre, le vent dans son mouvement constant, et une pierre dans sa contemplation silencieuse.

Vous ne pouvez pas apprendre à prier, pas plus que vous ne pouvez apprendre à vivre. Quel genre de poisson ne sait pas nager ? Vous pouvez apprendre des mots et des mouvements, mais ceux-ci sont à la prière ce qu’une bonne paire de chaussons est à une danseuse.

Lorsque vous étiez enfant, vos parents vous ont peut-être emmené dans une église, une synagogue, un temple ou une mosquée, et les personnes présentes ont essayé de vous apprendre à prier. Debout, assis, debout, sur la pointe des pieds ; Kadosh, Kadosh, Kadosh, vous êtes censé dire- Saint, Saint, Saint- et vous ne savez pas ce que cela signifie.

Vous deviez répéter les mots encore et encore jusqu’à ce que vous puissiez le faire dans votre sommeil. Notre Père qui est au Cieux, que Ton Nom soit sanctifié. Baruch atah Adonai, Elohenu Melech ha’olam.

Est-ce une prière ? Est-ce le feu dans ton cœur ou juste l’air qui passe par ta bouche ?

Plus tard dans la vie, peut-être, ces mots ont un écho différent en vous, car au-delà de tout mot, vous savez ce qu’ils essaient de dire. Ils sont tous pareils : mon Amour, mon Amour. Un cri de nostalgie sans paroles.

Récemment, j’ai regardé une vidéo du grand violoncelliste Yo-Yo Ma répondant à des questions sur le violoncelle. Quelqu’un a demandé : « Comment les musiciens peuvent-ils interpréter la 6e Suite pour violoncelle de Bach sans crier de joie ? ». Yo-Yo Ma a répondu sans pause : « Parce que le violoncelliste crie de joie à travers son violoncelle. » Puis il a fait une démonstration, et il avait parfaitement raison.

Le cœur humain est un instrument de musique entre les mains de Dieu, un instrument par lequel l’Univers peut exprimer sa propre joie indescriptible, ainsi que sa tristesse, son désir, sa colère – tous les mouvements que nous ressentons comme des émotions lorsque nous les prenons sous une forme personnelle limitée. Le violoncelle exprime la joie de Dieu mieux qu’aucun d’entre nous ne pourrait le faire avec des mots, car l’instrument lui-même est complètement silencieux.

Vous pouvez donc prier avec des mots, à voix haute ou dans votre esprit, ou sans aucun mot, mais dans tous les cas, lorsque la prière est réelle, vous êtes silencieux.

La prière et la méditation sont essentiellement les mêmes. La méditation peut sembler plus agréable pour nous, occidentaux modernes, parce qu’elle n’a pas l’air si religieuse, et elle semble en quelque sorte donner plus de crédit à celui qui la pratique. Quelqu’un qui médite doit vraiment faire des progrès, devenir une personne plus consciente. La prière ne signifie-t-elle pas que vous avez abandonné ?

Oui, si la prière est réelle : vous avez renoncé à votre ego, à faire en sorte que les choses se passent à votre manière. La prière formelle ou la méditation, l’une ou l’autre, vous amène à un point où il n’y a rien d’autre à faire que de vous laisser tomber, d’être brisé en mille morceaux, et si vous priez pour quelque chose, c’est pour être brisé encore plus. Cette impuissance absolue face à la Vérité devient une prière en soi.

De nombreux enseignants parlent de la prière, mais ils n’en parlent jamais vraiment, car elle est vivante.

Lorsque vous aimez quelqu’un, que vous l’aimez vraiment du plus profond de votre être, vous ne pouvez pas dire pourquoi et vous ne pouvez même pas lui dire à quel point vous l’aimez. Pourtant, on ne peut s’empêcher d’essayer avec autant de mots différents et de petits gestes que l’on a à offrir.

Dans la prière, vous essayez encore et encore de dire à votre Bien-Aimé combien vous l’aimez, avec autant de mots différents et de petits gestes de l’âme que vous le pouvez, jusqu’à ce que finalement, vous cessiez d’essayer et n’aimiez que Lui.

 

Tasha est une enseignante Hridaya qui travaille dans notre centre au Mexique. Vous pouvez trouver d’autres de ses articles ici.

Laisser un commentaire

Dernier article
dance of life

Comment danser dans l’impermanence de la vie ?

 Q : Comment puis-je danser dans l’impermanence de la vie ? R : Tout d’abord, laissez simplement la danse de la vie se dérouler en vous ; après un certain temps, vous verrez peut-être comme le jeu même de l’impermanence de la vie révèle le secret de la stabilité

En savoir plus
Plus d'articles
Suivre sur Instagram